Archives pour la catégorie III.d.Savoir

 

 dans III.d.Savoir t70apt

Si tu n’anéantis pas ton égo par la sincérité de l’effort, ton cœur ne vivra pas par les lumières de la connaissance. Al Ghazali

 

 

 

 

local-muslim-leaders_2_storyslide_image dans III.d.Savoir

Apprends à bien écouter tout comme tu apprends à bien parler.Etre à l’écoute c’est permettre à celui qui parle de finir son propos, ne pas s’empresser de lui répondre, le regarder en face et bien assimiler ce qu’il dit.

(Ibn al Muqaffa’)

 

 

 

 

 

handgift_292x237 

La différence entre le savoir et l’argent est que l’argent ne peut tomber dans une main sans quitter au préalable une autre main. Quant au savoir, il demeure stable dans le cœur du savant. Il entre dans le cœur d’un autre savant par l’enseignement sans quitter pour autant celui du premier.

(Abu Hamid al Ghazali)

 

 

 

 

 

 2698898816_small_31

Un voile épais subsistera entre les musulmans et le Coran aussi longtemps qu’ils se contenteront de le réciter ou de l’écouter, comme s’il n’avait été descendu qu’à cet effet, sans relation avec les réalités quotidiennes auxquelles l’homme est confronté. Or les versets coraniques, ont été révélés pour, concrètement orienter les âmes et les actes et ce afin de leur donner une vive résonance qui de surcroit se répercute sur l’ensemble de la société.

(Tahar Gaid)

 

 

 

 

Pendant les cinq derniers siècles, la pensée religieuse de l’islam est restée pratiquement stationnaire. Il fut un temps ou la pensée européenne recevait son inspiration du monde islamique. (Muhammad Iqbal)

 

 

 

 

 

ramadan-le-mois-du-saint-coran 

Il est clair que le Coran n’a pas été révélé pour servir de référence à une institution, à la médecine, à l’astronomie, à l’agriculture ou encore aux techniques de production.

Le Coran est un livre qui guide, qui dirige et qui offre une orientation sociale pour l’application du meilleur des programmes de société : il donne aux Hommes, s’ils le suivent, le bonheur ici-bas et le succès dans l’au-delà. Il ne mentionne certains éléments des sciences de l’univers, de la matière ou de la biologie que dans le mesure ou ils aident à approfondir la foi en manifestant la puissance du Créateur le Tres-Haut et en dévoilant la grandeur de Son œuvre (…).

Il laisse ensuite aux cerveaux humains le soin de fournir tous les efforts nécessaires pour découvrir les secrets de cet univers et d’en utiliser les forces et les outils. Il a encouragé ce travail et il en a fait l’un des plus nobles actes d’adoration parmi ceux qui permettent de se souvenir de Dieu.

(Hassan Al Banna)

 

 

 

 

 

 

Or, renonçant à toute tradition, bien que cela soit difficile à l’homme, je déclare que par la philosophie l’homme peut échapper à la bassesse et à l’animalité, qu’elle est l’acheminement de celui-ci vers le grand espace des sensations humaines, qu’elle est l’apparition lumineuse de l’intelligence instinctive, qu’elle transforme l’aveuglement et la cécité en pénétration et clairvoyance. C’est l’exil libérant l’homme de sa sauvagerie, de sa barbarie, de l’obscurantisme et de l’ignorance ; c’est sa promotion à la cité digne et vertueuse du savoir et de la perspicacité. Enfin, elle permet à l’homme de devenir homme ; par elle l’existence humaine, nourrie de la sainte raison, mène à leur accomplissement, l’esprit, l’âme et la manière de vivre. Celle-ci, dans le bien-être, atteint à la perfection cette condition nécessaire si l’on veut acquérir et celle de la raison et celle de l’âme. La philosophie est alorsz ce par quoi l’homme quitte le cercle de la bestialité pour agir de façon rationnelle. Elle est ce qui permet aux tribus primitives d’acquérir une civilisation, une culture et une civilité.

(Jamal ad Din al Afghani)

 

 

 

 

 

030323603_228491418

Il faut que le fondement de la renaissance soit l’éducation. Ainsi donc la nation s’éduque d’abord et comprend parfaitement ses droits ; elle prend connaissance par ailleurs des moyens par lesquels elle parvient à atteindre ses droits.

Elle est éduquée dans la foi en ses moyens et cette foi s’enracine en son être  avec force ou, peut-on dire en d’autres termes, il faut qu’elle apprenne les modalités de sa renaissance sur le plan de la pensée, de l’action et de la spiritualité (…).

Tout cela nécessite un temps particulièrement long, car c’est un programme destiné à une nation, il est donc nécessaire que ladite nation s’arme de patience, de douceur et s’apprête à une lutte de longue haleine. Toute nation qui tente d’enfreindre en cela les règle de la nature ne peut récolter que l’échec.

Hassan Al Banna extrait des Mudhakkirat ad-da’wa wa ad-da’iya

 

 

 

 

 

arabe1 

Qui ne posséderait la moindre connaissance de la science historique saurait que, dans les temps passes, aucun peuple n’était plus loin de la civilisation et aucun ne menait une vie plus primitive et plus sauvage que le peuple arabe. Pour toute connaissance, il ne possédait autrefois que quelques poèmes dus à l’imagination et il ignorait tout des activités sublimes de la pansée, des perceptions générales et rationnelles des connaissances philosophiques et cela, jusqu’à ce que , par l’intermédiaire de son Prophète, le Juste absolu, la Source première eut envoyé une Ecriture vénérée. Dans cette Ecriture, après avoir invité les hommes à croire à l’unité de Dieu, à confesser leur foi dans les prophètes qui sont les messagers des commandements, Il a blâmé en termes sévères l’ignorance, la sottise, l’aveuglement et l’obscurantisme. De même, à plusieurs reprises, Il a sévèrement critiqué le scepticisme et les cultes d’imitation. Par contre, Il a souvent loué avec éloquence la science, la philosophie, la connaissance, la pénétration, la réflexion et la clairvoyance.

 

(Jamal ad Din al Afghani)

 

 

 

 

 

1587122316_small 

L’Islam est une révolution dans tous les sens du terme ; il ébranle les situations néfastes, il brise les édifices de l’oppression et les plus imposantes adversités, il renouvelle le sens et l’état de l’existence en la fixant sur le plus solide des fondements (…) .

Il est une révolution contre l’ignorance…, une révolution contre l’injustice dans toutes ses dimensions : injustice du gouvernant et injustice du gouverné…, injustice du riche sur le pauvre…, injustice du fort contre le faible…, il est une révolution contre la faiblesse sous tous ses aspects : faiblesse de l’être par l’égoisme et le péché, faiblesse des esprits par la stupidité et la sclérose, faiblesse des corps par les plaisirs et le confort…

(Hassan Al Banna ; Extrait d’Ath Thawra)

 

 

 

 

 

England-travel-London-speakers-corner-islam-lecture-James-M-Thorne

Nous pouvons affirmer qu’un peuple doté d’esprit philosophique, même s’il est dans l’ignorance de disciplines scientifiques particulières, se trouve, grâce à cet esprit philosophique, prêt à acquérir des connaissances dans divers domaines scientifiques. Les premiers musulmans étaient étrangers à toutes les connaissances scientifiques, mais ils avaient pu, grâce à l’islam, acquérir un esprit philosophique qui leur donnait la possibilité d’être écoutés dans la discussion des affaires mondiales et de discours sur les besoins de l’humanité.

(Jamal ad Din al Afghani)

 

 

 

 

Le Coran nous a enseigné ce que Dieu nous permet et nous oblige de connaitre…. Il prouve ce qu’il avance, il expose les doctrines divergentes et les réfute par des arguments ; il fait appel à la raison et il éveille l’intelligence ; il nous montre l’ordre qui règne dans l’univers, les lois qui le gouvernent, la sagesse et la perfection qui s’y manifestent. (Muhammad ‘Abduh)

 

 

 

coran-r--v--lation

Ainsi devient-il évident que l’Ecriture vénérée fut le premier guide philosophique des musulmans, et l’œuvre la plus complète de ce vaste univers. Chacun y trouve une parole, chaque espèce un mot, chaque genre une ligne, chaque microcosme une page et chaque mouvement une description. Ce grand livre ne connait point de fin. Ses mots, ses lettres, ses lignes et es pages sont incommensurables pour tout être humain. Chacun de ses mots ou plutôt chacune de ses lettres recèle une telle quantité d’énigmes et de mystères que si tous les savants des temps anciens avaient vécu autant que Noé et si chacun d’eux avait pu chaque jour dévoiler un million de ses secrets, il aurait finalement dû avouer son incompétence à les découvrir tous.

(Jamal ad Din al Afghani)

 

 

 

 

article_imam

La communauté de Muhammad (paix et bénédiction sur lui) est appelée à étudier l’art de la lecture et de l’écriture afin de se libérer de l’analphabétisme et d’entreprendre sa marche scientifique et progressive dans tous les domaines. (Tahar Gaid)

 

 

 

 

 

quran

Le Coran n’est pas un livre d’art au point qu’il se trouve pour chacun de ses  objectifs un chapitre qui soit spécifique ; bien plutôt, c’est un livre qui guide, qui recommande et qui transporte les gens d’une situation à une autre… Ainsi, l’exégèse que nous demandons consiste en une compréhension du Livre en ce qu’il est une religion qui guide les hommes vers leur bonheur dans la vie de ce monde et la vie d’au-delà. Tel est son objectif fondamental et ce qui vient après cela est secondaire et n’est qu’un moyen pour atteindre cet objectif.

(Muhammad ‘Abduh)

 

 

 

 

 

livre_1197025557 

La science naît des preuves et des arguments ; l’argument et la preuve ne se nomment pas  Aristote ou Galilée. L’exactitude est là ou est la preuve. Ceux qui jettent l’interdit sur certaines sciences, sur certaines connaissances, en s’imaginant ainsi sauvegarder la religion, ne sont en vérité que les ennemis de celle-ci. Or, parmi les croyances religieuses, celles de l’Islam sont les plus proches des sciences et des connaissances : il n’y a aucune incompatibilité entre les principes de l’Islam et ces dernières. (Jamal ad Din al Afghani)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




lareligion |
Cinquantenaire de la Parois... |
Propositions Héroiques |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | salate wa salam
| L'Islam au dessus de tous!
| Assemblée Chrétienne Lumièr...